Friday, December 29, 2017


December 29, 2017


MY CORNER by Boyd Cathey

Year 2017: Filled with Articles and a Message of Making America Great Again 

Friends,


Over the past year a number of my published articles—originally appearing in The Unz Review, VDare, The Remnant Newspaper, The Abbeville Institute, and Confederate Veteran--have been picked up and republished in other venues, including in translation at several foreign sites overseas.  
This has been gratifying, not because it has given me more notoriety—which is not necessarily a good thing in our age of vicious and extreme political attacks on the opponents of the Deep State, but because it does document that some of the points, some of the message I’ve been writing about is apparently getting out (and apparently more widely in Europe than in the United States—in France, Poland, Spain).
I take the liberty of listing the links to some of these republished pieces [below], including links to the translations (two via French web sites, one via a Spanish site). The articles republished include my pieces: “The Truth about Charlottesville,”   America’s ‘Blood And Soil’ Identity And Conservatism’s Great Brain Robbery,” “Black & White in Culturally Marxist America,” “Secession and Catalonia: What is a Nation?” “Paladins of Christian Civilization,” The Classic American Western As Emblem of Historic American Culture,”  “Alexis de Tocqueville, Democracy and the End of America?” “The Self-Consuming Madness of the Social Justice Warriors,” “The Revolution, George Soros, and the Assault on the West,” “Islam and the Spirit of the Crusades,” and “Pat Buchanan and His Christian Vision of America.”
I hope you won’t mind me sending these along. The piece on Pat Buchanan was originally published in the traditionalist Catholic newspaper, The Remnant, and was featured on his web site in August. It was a labor of my respect and friendship for him which also expressed the hope that the crusade he launched back in 1991—to recover something of both the spirit and reality of our Old Republic—might be replicated after the election of 2016.
That, of course, will by no means be easy. The president has good instincts most of the time, but even beyond the unhinged hatred he faces from the “farther Left,” he must confront even more cunningly the viscous false-faced “support” he receives from the GOP/Neoconservative Establishment, and those supporters are doing their damnedest to undermine and pervert his America First agenda. My prayer for 2018 is that Donald Trump will shed himself of such fake-friends and stay true to his announced agenda to “Make America Great Again.” I hope these items will help in a very small way to keep that hope alive and the pressure on amongst fellow “deplorables.”
Dr. Boyd D. Cathey
DARK MOON
https://www.darkmoon.me/2017/the-truth-about-charlottesville-includes-video/

The Truth about Charlottesville (includes video)

Thoughts on Charlottesville and What It Means for Us

By Dr Boyd D. Cathey  The Unz Review,  August 15, 2017

VDare.com

 

America’s “Blood And Soil” Identity And Conservatism’s Great Brain Robbery

Boyd D. Cathey    September 27, 2017

RUSSIA NEWS NOW
https://www.therussophile.org/author/boyd-d-cathey/

Black & White In Culturally Marxist America, By Boyd D. Cathey

Prof. Ekow N. Yankah, Benjamin N. Cardozo School of Law, Yeshiva University The words race and racism have become “devil terms” in American politics and culture—ideologically weaponized concepts to advance a cultural Marxist agenda and basically repel and silence any opposition to that agenda. In a widely-reported op-ed published recently in The New York Times […]

Secession And Catalonia: What Is A Nation?, By Boyd D. Cathey

In recent months, especially with the accession to the presidency of Donald Trump, there has been renewed talk, serious talk, ironic talk, about secession—particularly, from zealously Leftist anti-Trump militants in California and along the Pacific Rim areas of the United States. Advocates of what is called “Cal-exit” make their case that California, specifically, is not […]

KONSERWATYZM.PL – Portal Myśli Konserwatywnej

https://konserwatyzm.pl/cathey-paladins-of-christian-civilization-the-universality-of-the-confederate-cause/

Cathey: Paladins of Christian Civilization. The Universality of the Confederate Cause by Dr. Boyd D. Cathey


SPEECH for CONFEDERATE FLAG DAY, LOUISBURG, North Carolina - March 19, 2017

Templeton Times

http://templeton01436.blogspot.com/2017/12/all-i-want-to-do-is-enter-my-house.html

Thursday, December 21, 2017

"All I Want to Do Is Enter My House Justified!" The Classic American Western As Emblem of Historic American Culture Boyd D. Cathey from The Unz Review

"All I Want to Do Is Enter My House Justified!"
The Classic American Western As Emblem of Historic American Culture
Boyd D. Cathey • December 21, 2017 \
Educator Resources|Education & Information Age Education News
Home » Posts by TheUnzReview
http://www.educationviews.org/author/theunzreview/

Alexis de Tocqueville, Democra...

Jul 22, 2017 by 
Boyd D. Cathey – Re-reading Alexis de Tocqueville’s Democracy in America (1835) can be a sobering experience. The first time I...

 

SIGNS OF THE TIMES

The self-consuming madness of the SJW

https://www.sott.net/article/361643-The-self-consuming-madness-of-the-SJW
Boyd D. Cathey
Unz Review
Sun, 10 Sep 2017 15:39 UTC

dedefensa.org

“Globalisme trotskiste” vs “marxisme culturel” par Dr. Boyd D. Cathey

http://www.dedefensa.org/article/globalisme-trotskiste-vs-marxisme-culturel
Il est chaque jour plus évident que les États-Unis connaissent aujourd’hui une “révolution culturelle”, – presque dans le sens maoïste du terme, – de première grandeur. Cet événement est, à notre sens, bien plus déstructurant et dissolvant que les remous de la même sorte culturelle (sociétale) que connaît l’Europe, et même bien plus que certains des pays européens les plus agités à cet égard (la France est un de ces pays). L’ignorance européenne de ces événements américanistes est comme d’habitude remarquable et un peu stupéfiante, la “crise” aux USA étant à peine conjoncturelle et se résumant pour la plupart en Europe à la personnalité et au caractère de Donald Trump. Cette ignorance est très dommageable, quoiqu’elle devienne tout à fait explicable lorsqu’on se réfère à la montagne d’ignorance, de préjugés et de clichés sur laquelle est installée la “pensée européenne“ qui a la charge de former un jugement sur les USA.
Au contraire, et hors Trump qui n’est qu’un épiphénomène et également un “cocktail-Molotov vivant”, ce qui se passe aux USA à cet égard des questions culturelles et sociétales, et pour l’évolution de la psychologie collective, est d’une considérable importance. Il s’agit d’une identification et d’une représentation acceptables, mais essentiellement pour la forme et nullement pour le fond, si l’on veut d’une sorte d’expression dynamique et absolument inconsciente de son enjeu de la Grande Crise d’Effondrement du Système. Cette “révolution culturelle” qui se veut déconstructrice d’un système oppressif et qui est favorisée en fait par le Système, en arrive à se retourner contre lui-le-Système, comme ultime structure à déconstruire.
Les intellectuels antiSystème plutôt de tendance conservatrice type-US n’ont pas hésité à adopter une expression désormais d’usage standard pour désigner ce courant activiste radical de type-gauchiste : le “marxisme culturel”. Dans le texte repris ci-dessous (UNZ.com du 08 décembre 2017) , Boyd D. Cathey indique que c’est Paul Gottfried qui a proposé le terme pour caractériser ce mouvement qui a ses racines dans les années 1960-1970, qui a démarré dans les années 1980 sous la forme du “politiquement correct” qu’on pouvait considérer dans ses prémisses comme un simple accident du conformisme ou du “snobisme postmoderne”, qui s’est avéré en vérité comme l’avant-garde d’une extraordinaire offensive de déstructuration-dissolution en pleine phase de surpuissance depuis la fin de la Guerre froide et l’attaque du 11 septembre 2001.
Dans le même texte, Cathey évoque une autre expression, qu’il attribue dans ce cas à l’origine philosophique des néoconservateurs (neocons), et qui nous paraît encore plus appropriée que “marxisme culturel” : le “globalisme trotskiste”. A ce point, Cathey fait une remarque fondamentale : les neocons ont effectivement exercé depuis les années 1980 une influence fondamentale sur la politique extérieure US, assez logiquement puisqu’ils se trouvent être les courroies de transmission de ce que nous nommons “politiqueSystème”. L’on sait que leur ascendance originelle est le trotskisme et l’expression de “globalisme trotskiste” est fort bien ajustée à cet égard ; mais cette proximité de référence a fait que l’establishment washingtonien, et notamment le parti républicain, n’a pu réellement, ni lutter, ni même identifier la montée du “marxisme culturel” à l’intérieur des USA, – c’est-à-dire du “globalisme trotskiste” interne.
« Mais dans les années 1980, ces voix averties [les conservateurs traditionnalistes, ou paléoconservateurs] furent largement étouffées alors que ceux qui se nommaient eux-mêmes “Néo-conservateurs” avaient pris un contrôle complet du mouvement conservateur et s’étaient imposés comme inspirateurs intellectuels du parti républicain. Comme les Neocons partageaient les mêmes origines philosophiques, – le globalisme trotskiste, – avec l’“extrême gauche” des marxistes culturels, leurs paramètres intellectuels et leurs capacités d’argumenter fondamentalement [contre cette extrême-gauche] furent sévèrement limitées. Ils furent et ils sont incapables par leur nature, – et d’ailleurs ils ne le veulent pas vraiment, – d’argumenter d’une façon efficace pour faire cesser le courant révolutionnaire gauchiste [des marxistes culturels]»
Cathey nous donne donc dans ce texte un aperçu historique très intéressant sur la naissance, le développement, la logique du mouvement radical de type culturel, de type progressiste-sociétal selon l’expression que nous employons, qui touche les USA avec bien plus de force que les dynamiques similaires ne touchent l’Europe. Il nous décrit également l’aboutissement de tout cela, au travers de l’une ou l’autre anecdote comme on en découvre des milliers actuellement, où la tendance tragique au terrorisme intellectuel et culturel côtoie le pathétique ridicule des exigences, des affirmations, des anathèmes révisionnistes, etc. La tragédie est énorme, mais le bouffe de cette tragédie ne l’est pas moins, – et plus que jamais notre époque se révèle dans ses extrêmes absolus, en une tragédie-bouffe aux dimensions cosmiques. Il est évident que le “globalisme trotskiste” est parfaitement adapté à cette entreprise.
Cathey, vieux lutteur de la droite-traditionnaliste dure, caractérisé régulièrement par tous les dénonciateurs et indics’ de la postmodernité-tardive comme “facho”, “réac’”, “raciste”, “antisémite” (caractérisation qui s’applique également à son ami, le juif Paul Gottfried) constate l’état des choses, – notre vérité-de-situation, dirions-nous, – qui est celle d’un événement complètement figé dans l’extrémisme le plus achevé... « Jusqu'à ce que le modèle frauduleux d’“égalité” soit dénoncé comme tel ; jusqu'à ce que le fait du modèle marxiste de “race et racisme” affirmé comme le facteur critique sous-tendant toute l'histoire américaine et l’impératif nécessaire pour effacer, corriger et réparer l’“injustice raciste” soit mis à jour et rejeté ; jusqu'à ce que notre langue même de communication sur ce sujet soit réformée, – jusque-là, nous continuerons à être à la merci de cette gestalt culturelle autoritaire qui dépouille notre héritage, pervertit notre histoire, infecte et déforme notre existence même en tant que peuple. »
De ce côté de l’antagonisme intra-américain, particulièrement chez les antiSystème, on voit bien comment l’événement actuel est vécu, dans toute son intensité extrême qui met en cause l’existence et la cohésion des USA. Les observations de Cathey rejoignent celles que faisaient William S. Lind, telles que nous les avions recueillies le 27 février 2017 :
« Le point principal est que nous avons maintenant un pays avec deux cultures incompatibles. L’une est la culture traditionnelle, occidentale et chrétienne. L’autre est la contre-culture des années 1960, qui était et qui reste pour l’essentiel une culture de la gratification immédiate. Le marxisme culturel de l’école de Francfort créa cette contre-culture et continue à lui fournir sa justification idéologique. Tel qu’il est actuellement structuré, notre système politique est incapable d’engendrer une situation où ces deux cultures hostiles peuvent vivre ensemble. Cela signifie que nous sommes conduits vers une G4G de large envergure sur notre propre sol et probablement un effondrement de l’État central. Ce n’est pas une issue que n’importe quel conservateur, et n’importe quelle personne dotée d’une certaine sagesse, puisse désirer. Il suffit de suivre la situation de pays comme la Syrie pour comprendre pourquoi. Par bonheur, notre système politique dispose d’un composant latent qui, s’il est activé, permet à deux cultures de vivre ensemble dans un état américain commun. Ce composant latent est le fédéralisme... »
Pour notre compte, nous qui doutons beaucoup que les USA puissent arriver à une résolution à l’amiable (par le fédéralisme qu’évoque Lind) d’un affrontement d’une telle vigueur, où les deux parties montrent l’une pour l’autre autant de vindicte et de haine, ce qui nous paraît plus prometteur parce que plus efficace producteur de désordre se trouve dans les contradictions internes du “marxisme culturel” lorsqu’il se fait “globalisme trotskiste”. Cathey observe effectivement la présence importante de la question sexuelle et/ou féministe dans cette « variante du marxisme, [– qui] fut et qui est une souche globaliste beaucoup plus virulente, beaucoup plus zélée, qui doit beaucoup plus à Léon Trotsky qu’à Joseph Staline, et qui a parfaitement mesuré l’importance de mettre en avant la “libération raciale” aussi bien que la “libération sexuelle” dans son combat contre l’Ouest... » Ainsi, le racisme est-il la pire accusation que puisse subir « n’importe quel politicien ou personnage public dans notre société moderne (sauf peut-être l’accusation d’être un prédateur sexuel abusant des femmes) ».
L’intérêt de ces remarques, qui rendent compte d’une dynamique bien réelle telle qu’elle est décrite par Cathey, est qu’elles contiennent en germe des contradictions internes dans ce mouvement gauchiste général. On a pu le voir lors des affaires de prédations et autres harcèlements sexuels en cours aux USA depuis octobre dernier qui ne désarment pas et ne ralentissent en rien leur rythme. Il est remarquable que l’une des très rares sources à s’élever avec vigueur et systématiquement contre les dénonciations et mises en cause des “prédateurs sexuels”, véritables ou non puisque c’est le principe de la dénonciation qui est dénoncé (!), est le site WSWS.org qui a pris une attitude extrêmement ferme à cet égard.
Depuis le scandale Weinstein, c’est la première fois que des articles de WSWS.org sont repris sur des sites antiSystème et sans aucun doute ennemi du “marxisme culturel” comme UNZ.com... Ce 9 décembre 2017, on peut lire sur WSWS.orgun éditorial dénonçant ces pratiques de dénonciation (des “prédateurs sexuels”) qui sont équivalentes pour les trotskistes de la IVème Internationale, à la chasse aux sorcières de l’époque puritaine du XVIIème siècle, aussi bien qu’au McCarthysme des années 1940-1950. Pourtant, avec le scandale Weinstein et ce qui suit et n’arrête pas de suivre, le féminisme, qui fait partie intégrante de la “révolution sexuelle” du “marxisme culturel”, ne cesse de dénoncer, au propre et au figuré, les “prédateurs sexuels”, de la même façon qui rappelle irrésistiblement aux commentateurs trotskistes de WSWS.org les procédés de l’accusation en sorcellerie de Salem.
Ce qui conduit à la question de savoir si, vraiment, le “marxisme culturel” dans tous ses composants, correspond au “globalisme trotskiste” dont nous parle justement Cathey. Si ce n’est pas le cas, s’il y a vraiment opposition entre des composants internes essentiels à cette dynamique “globaliste-gauchiste”, ou “progressiste-sociétale”, alors s’installe la discorde chez l’ennemi, et avec elle encore plus de désordre, toujours plus de désordre... Certes, la civilisation occidentale et chrétienne est en danger, mais d’un danger dont elle a elle-même accouché (le marxisme et le trotskisme), et qui est lui-même sur la voie d’accoucher du plus grand de tous les plus grands dangers pour lui-même : l’autodestruction vient toujours avec la surpuissance dans notre contre-civilisation.

dedefensa.org

_____________________


Black & White in Culturally Marxist America

The words race and racism have become “devil terms” in American politics and culture—ideologically weaponized concepts to advance a cultural Marxist agenda and basically repel and silence any opposition to that agenda. In a widely-reported op-ed published recently in The New York Times (November 11, 2017), black law professor Ekow N. Yankah wrote that when he instructs his children “on the ways of the world,” he teaches them that white people cannot be trusted and that blacks cannot befriend whites. In short, white folks are evil, supremacist oppressors, not just by their traditions and history, but by their very intrinsic nature….

Boyd D. Cathey

documentaires francaises

http://w41k.com/135973

« Globalisme trotskiste » vs « marxisme culturel »

09/12/2017  21 min   dedefensa.org #135973
Il est chaque jour plus évident que les États-Unis connaissent aujourd'hui une "révolution culturelle", - presque dans le sens maoïste du terme, - de première grandeur. Cet événement est, à notre sens, bien plus déstructurant et dissolvant que les remous de la même sorte culturelle (sociétale) que connaît l'Europe, et même bien plus que certains des pays européens les plus agités à cet égard (la France est un de ces pays). L'ignorance européenne de ces événements américanistes est comme d'habitude remarquable et un peu stupéfiante, la "crise" aux USA étant à peine conjoncturelle et se résumant pour la plupart en Europe à la personnalité et au caractère de Donald Trump. Cette ignorance est très dommageable, quoiqu'elle devienne tout à fait explicable lorsqu'on se réfère à la montagne d'ignorance, de préjugés et de clichés sur laquelle est installée la "pensée européenne" qui a la charge de former un jugement sur les USA.
Au contraire, et hors Trump qui n'est qu'un épiphénomène et également un "cocktail-Molotov vivant ", ce qui se passe aux USA à cet égard des questions culturelles et sociétales, et pour l'évolution de la psychologie collective, est d'une considérable importance. Il s'agit d'une identification et d'une représentation acceptables, mais essentiellement pour la forme et nullement pour le fond, si l'on veut d'une sorte d'expression dynamique et absolument inconsciente de son enjeu de la Grande Crise d'Effondrement du Système. Cette "révolution culturelle" qui se veut déconstructrice d'un système oppressif et qui est favorisée en fait par le Système, en arrive à se retourner contre lui-le-Système, comme ultime structure à déconstruire.
Les intellectuels antiSystème plutôt de tendance conservatrice type-US n'ont pas hésité à adopter une expression désormais d'usage standard pour désigner ce courant activiste radical de type-gauchiste : le "marxisme culturel". Dans le texte repris ci-dessous (UNZ.com du 08 décembre 2017), Boyd D. Cathey indique que c'est Paul Gottfried qui a proposé le terme pour caractériser ce mouvement qui a ses racines dans les années 1960-1970, qui a démarré dans les années 1980 sous la forme du "politiquement correct" qu'on pouvait considérer dans ses prémisses comme un simple accident du conformisme ou du "snobisme postmoderne", qui s'est avéré en vérité comme l'avant-garde d'une extraordinaire offensive de déstructuration-dissolution en pleine phase de surpuissance depuis la fin de la Guerre froide et l'attaque du 11 septembre 2001.
Dans le même texte, Cathey évoque une autre expression, qu'il attribue dans ce cas à l'origine philosophique des néoconservateurs (neocons), et qui nous paraît encore plus appropriée que "marxisme culturel" : le "globalisme trotskiste". A ce point, Cathey fait une remarque fondamentale : les neocons ont effectivement exercé depuis les années 1980 une influence fondamentale sur la politique extérieure US, assez logiquement puisqu'ils se trouvent être les courroies de transmission de ce que nous nommons "politiqueSystème ". L'on sait que leur ascendance originelle est le trotskisme et l'expression de "globalisme trotskiste" est fort bien ajustée à cet égard ; mais cette proximité de référence a fait que l'establishment washingtonien, et notamment le parti républicain, n'a pu réellement, ni lutter, ni même identifier la montée du "marxisme culturel" à l'intérieur des USA, - c'est-à-dire du "globalisme trotskiste" interne.
« Mais dans les années 1980, ces voix averties (les conservateurs traditionnalistes, ou paléoconservateurs) furent largement étouffées alors que ceux qui se nommaient eux-mêmes "Néo-conservateurs" avaient pris un contrôle complet du mouvement conservateur et s'étaient imposés comme inspirateurs intellectuels du parti républicain. Comme les Neocons partageaient les mêmes origines philosophiques, - le globalisme trotskiste, - avec l'"extrême gauche" des marxistes culturels, leurs paramètres intellectuels et leurs capacités d'argumenter fondamentalement (contre cette extrême-gauche) furent sévèrement limitées. Ils furent et ils sont incapables par leur nature, - et d'ailleurs ils ne le veulent pas vraiment, - d'argumenter d'une façon efficace pour faire cesser le courant révolutionnaire gauchiste (des marxistes culturels). »
Cathey nous donne donc dans ce texte un aperçu historique très intéressant sur la naissance, le développement, la logique du mouvement radical de type culturel, de type progressiste-sociétal selon l'expression que nous employons, qui touche les USA avec bien plus de force que les dynamiques similaires ne touchent l'Europe. Il nous décrit également l'aboutissement de tout cela, au travers de l'une ou l'autre anecdote comme on en découvre des milliers actuellement, où la tendance tragique au terrorisme intellectuel et culturel côtoie le pathétique ridicule des exigences, des affirmations, des anathèmes révisionnistes, etc. La tragédie est énorme, mais le bouffe de cette tragédie ne l'est pas moins, - et plus que jamais notre époque se révèle dans ses extrêmes absolus, en une tragédie-bouffe aux dimensions cosmiques. Il est évident que le "globalisme trotskiste" est parfaitement adapté à cette entreprise.
Cathey, vieux lutteur de la droite-traditionnaliste dure, caractérisé régulièrement par tous les dénonciateurs et indics' de la postmodernité-tardive comme "facho", "réac'", "raciste", "antisémite" (caractérisation qui s'applique également à son ami, le juif Paul Gottfried) constate l'état des choses, - notre vérité-de-situation, dirions-nous, - qui est celle d'un événement complètement figé dans l'extrémisme le plus achevé... « Jusqu'à ce que le modèle frauduleux d'"égalité" soit dénoncé comme tel ; jusqu'à ce que le fait du modèle marxiste de "race et racisme" affirmé comme le facteur critique sous-tendant toute l'histoire américaine et l'impératif nécessaire pour effacer, corriger et réparer l'"injustice raciste" soit mis à jour et rejeté ; jusqu'à ce que notre langue même de communication sur ce sujet soit réformée, - jusque-là, nous continuerons à être à la merci de cette gestalt culturelle autoritaire qui dépouille notre héritage, pervertit notre histoire, infecte et déforme notre existence même en tant que peuple. »
De ce côté de l'antagonisme intra-américain, particulièrement chez les antiSystème, on voit bien comment l'événement actuel est vécu, dans toute son intensité extrême qui met en cause l'existence et la cohésion des USA. Les observations de Cathey rejoignent celles que faisaient William S. Lind, telles que nous les avions recueillies le 27 février 2017 :
« Le point principal est que nous avons maintenant un pays avec deux cultures incompatibles. L'une est la culture traditionnelle, occidentale et chrétienne. L'autre est la contre-culture des années 1960, qui était et qui reste pour l'essentiel une culture de la gratification immédiate. Le marxisme culturel de l'école de Francfort créa cette contre-culture et continue à lui fournir sa justification idéologique. Tel qu'il est actuellement structuré, notre système politique est incapable d'engendrer une situation où ces deux cultures hostiles peuvent vivre ensemble. Cela signifie que nous sommes conduits vers une G4G de large envergure sur notre propre sol et probablement un effondrement de l'État central. Ce n'est pas une issue que n'importe quel conservateur, et n'importe quelle personne dotée d'une certaine sagesse, puisse désirer. Il suffit de suivre la situation de pays comme la Syrie pour comprendre pourquoi. Par bonheur, notre système politique dispose d'un composant latent qui, s'il est activé, permet à deux cultures de vivre ensemble dans un état américain commun. Ce composant latent est le fédéralisme... »
Pour notre compte, nous qui doutons beaucoup que les USA puissent arriver à une résolution à l'amiable (par le fédéralisme qu'évoque Lind) d'un affrontement d'une telle vigueur, où les deux parties montrent l'une pour l'autre autant de vindicte et de haine, ce qui nous paraît plus prometteur parce que plus efficace producteur de désordre se trouve dans les contradictions internes du "marxisme culturel" lorsqu'il se fait "globalisme trotskiste". Cathey observe effectivement la présence importante de la question sexuelle et/ou féministe dans cette « variante du marxisme, (- qui) fut et qui est une souche globaliste beaucoup plus virulente, beaucoup plus zélée, qui doit beaucoup plus à Léon Trotsky qu'à Joseph Staline, et qui a parfaitement mesuré l'importance de mettre en avant la "libération raciale" aussi bien que la "libération sexuelle" dans son combat contre l'Ouest... » Ainsi, le racisme est-il la pire accusation que puisse subir « n'importe quel politicien ou personnage public dans notre société moderne (sauf peut-être l'accusation d'être un prédateur sexuel abusant des femmes) ».
L'intérêt de ces remarques, qui rendent compte d'une dynamique bien réelle telle qu'elle est décrite par Cathey, est qu'elles contiennent en germe des contradictions internes dans ce mouvement gauchiste général. On a pu le voir lors des affaires de prédations et autres harcèlements sexuels en cours aux USA depuis octobre dernier qui ne désarment pas et ne ralentissent en rien leur rythme. Il est remarquable que l'une des très rares sources à s'élever avec vigueur et systématiquement contre les dénonciations et mises en cause des "prédateurs sexuels", véritables ou non puisque c'est le principe de la dénonciation qui est dénoncé (!), est le site WSWS.org qui a pris une attitude extrêmement ferme à cet égard.
Depuis le scandale Weinstein, c'est la première fois que des articles de WSWS.org sont repris sur des sites antiSystème et sans aucun doute ennemi du "marxisme culturel" comme UNZ.com... Ce 9 décembre 2017, on peut lire sur WSWS.org un éditorial dénonçant ces pratiques de dénonciation (des "prédateurs sexuels") qui sont équivalentes pour les trotskistes de la IVème Internationale, à la chasse aux sorcières de l'époque puritaine du XVIIème siècle, aussi bien qu'au McCarthysme des années 1940-1950. Pourtant, avec le scandale Weinstein et ce qui suit et n'arrête pas de suivre, le féminisme, qui fait partie intégrante de la "révolution sexuelle" du "marxisme culturel", ne cesse de dénoncer, au propre et au figuré, les "prédateurs sexuels", de la même façon qui rappelle irrésistiblement aux commentateurs trotskistes de WSWS.org les procédés de l'accusation en sorcellerie de Salem.
Ce qui conduit à la question de savoir si, vraiment, le "marxisme culturel" dans tous ses composants, correspond au "globalisme trotskiste" dont nous parle justement Cathey. Si ce n'est pas le cas, s'il y a vraiment opposition entre des composants internes essentiels à cette dynamique "globaliste-gauchiste", ou "progressiste-sociétale", alors s'installe la discorde chez l'ennemi, et avec elle encore plus de désordre, toujours plus de désordre... Certes, la civilisation occidentale et chrétienne est en danger, mais d'un danger dont elle a elle-même accouché (le marxisme et le trotskisme), et qui est lui-même sur la voie d'accoucher du plus grand de tous les plus grands dangers pour lui-même : l'autodestruction vient toujours avec la surpuissance dans notre contre-civilisation.

NEWS FOR CATHOLICS

The Revolution, George Soros, and the Assault on the West ~ The Remnant

http://www.newsforcatholics.info/tag/soros/
Posted on September 23, 2017 by Scoop
Friday, September 22, 2017 by  Dr. Boyd D. Cathey
Sometimes I think back four decades to my college years. Between grad schools, I served as assistant to conservative writer and philosopher Russell Kirk in Mecosta, Michigan. Being a Southern boy, the one significant thing I recall about the climate up there was that we had snow on the ground—and lots of it—from around Thanksgiving all the way until April. So, other than my secretarial duties Continue Reading →


Terrorismo islámico radical y el espíritu de las cruzadas

https://adelantelafe.com/terrorismo-islamico-radical/
26/06/17 12:04 AMpor THE REMNANT
Cada vez que un ataque terrorista tiene lugar o un bombardero islamista planta su dispositivo mortal en un concurrido mercado o en una escuela o en un concierto….
Dr. Boyd D. Cathey
[Traducido por Rocío Salas. Artículo original.]
http://buchanan.org/blog/Topics/pat-buchanan

Pat Buchanan and his Christian Vision of America

Thursday - August 24, 2017 at 11:36 pm
Votes: 4.76 Stars!
Share Pat's Columns!
By Dr. Boyd D. Cathey at The Remnant Newspaper
Politico Magazine, in its May/June 2017 issue, featured a long essay by writer Tim Alberta about Pat Buchanan and his role in American politics and culture, and in particular, the role he has had in sustaining a vision of a more Christian nation, and what that means during the Trump Era….

INSTAPUNDIT
http://www.peakstupidity.com/blogworks.php?action=viewbpost&id=509


Shades of Instapundit here - great Boyd D. Cathey article


Posted On: Tuesday - December 12th 2017 6:54PM MST 
In Topics: 
 
 Commies  Pundits  Race/Genetics  cntrl-left  Socialism/Communism 

Yeah, not our normal type of blogging here, but I got busy making comments on other sites. It's kind of addictive - hey, you should try it here!

A man named Boyd D. Cathey has an excellent long article 
on Unz Review called "Black & White in Culturally Marxist America". Some conservatives or alt-right like, and some don't, the term "Cultural Marxist". We have lambasted and will continue to lambast Commies (33 posts) and Socialists (4 posts), but we use the term "cntrl-left" (24 posts) for the people Mr. Cathey is describing….


No comments:

Post a Comment

                                                  May 8, 2021     MY CORNER by Boyd Cathey Aggressive Abroad and Despotic at Home:  ...